Archive for the “Personnages” Category

Je suis en train de travailler (à un rythme d’escargot, soyons honnêtes ; j’y touche peut-être une fois tous les 10 jours…) à rendre Link pleinement compatible avec la nouvelle version de Mugen. Concrètement, il sera possible de jouer avec Link quelque soit le format d’écran (4/3 ou 16/9ème — à l’heure actuelle, il y a des problèmes d’affichage quand on joue en 16/9ème).

Il s’agit néanmoins bel et bien d’une nouvelle version de Link, qui inclura une petite nouveauté, à savoir la possibilité de gérer non plus un seul système d’objets prédéfinis, mais deux. Ceci permettra notamment à 2 joueurs de s’affronter avec Link en ayant des équipements différents.

Si ce sera à peu près la seule différence visible par rapport à la version 0.95, d’autres apports seront faits. Notamment, Link sera refait en SFFv2. J’entends déjà les reproches disant que ce SFFv2 n’est pas supporté par les anciennes versions de Mugen. Ma réponse : oui, mais pour permettre la compatibilité 16/9 et 4/3, j’utilise aussi des nouveaux triggers (GameHeight, notamment) qui de toute façon ne sont pas reconnus par les anciennes versions de Mugen.

Ce nouveau Link sera donc de toute façon uniquement compatible avec la version 1.0 de Mugen.

Le magasin en 16/9

Linventaire en 16/9

J’ai pour l’instant réglé les problèmes concernant l’inventaire et le magasin. Il en reste d’autres à corriger (notamment le Biggoron Scombo) et le readme à mettre à jour.

Comments 1 commentaire »

Toutes les créations qui étaient hébergées sur le forum sont désormais accessibles dans le menu « Héberg. / Host », classées par créateur.

All the creations which were hosted on the board are now available in the « Héberg. / Host » menu, sorted by creator.

Comments Aucun commentaire »

Quand on débute dans la programmation de personnage, il est un terme « barbare » qui revient assez souvent : « helper ». Dès qu’il s’agit de faire des choses un peu spéciales et/ou un peu complexe, il surgit comme un mot magique. Seulement voilà, on en arrive toujours à la même question : c’est quoi, un helper ?

Elecbyte présente ça comme un « sous-personnage ». C’est à la fois correct et maladroit. En fait, quand on a compris ce que c’est, on est fatalement d’accord pour dire que « sous-personnage » est une description assez juste. Mais quand on ne sait pas, ça donne une connotation un peu fausse (et restrictive) de la chose, car quand on parle de personnage, on imagine tout de suite un bonhomme. Dès lors, le terme « sous-personnage » fait penser aux « strikers », ces personnages qui entrent parfois dans l’écran pour filer une baffe à l’adversaire avant de ressortir, selon un système instauré par SNK dans ses jeux.

Mais voilà, s’il est vrai que dans Mugen les strikers sont des helpers, la réciproque n’est pas vrai, loin de là. Alors on en revient encore à la même question : « Papa, c’est quoi, un helper ? ».

La meilleure manière que j’ai trouvée pour présenter l’helper, c’est de dire que c’est un « objet ». Le mot est vague à souhait : un objet, ça peut être n’importe quoi ! Eh ben un helper aussi, figurez-vous ! Déjà, un helper n’a pas forcément « d’existence physique », entendez par là qu’il peut très bien être « invisible », et/ou ne pas être « tangible ». Et s’il est visible, il peut très bien ne pas ressembler du tout à un personnage et/ou ne pas être là pour aider le joueur, etc. Bref, c’est un objet, qui deviendra ce que vous avez besoin qu’il devienne : dans le cas de Link, les nombres de rupees, bombes et flèches que vous voyez à l’écran sont un helper ; le menu au début du premier match qui vous permet de choisir les objets que vous avez au départ, c’est un helper ; l’inventaire qui affiche les objets que vous avez : c’est un helper.

On peut se servir des helpers pour faire tout et n’importe quoi. Par exemple, dans Gouki, je me sers d’un helper pour faire des fondus en blanc ou en noir sur le décor pour effacer les « fonds spéciaux » qui apparaissent quand on gagne avec un super ou un hyper. On peut aussi se servir d’un helper comme d’un projectile (ex : les bombes de Link, ou la flèche à tête chercheuse, ou encore le poison attaché à l’adversaire lorsqu’il se fait toucher par une flèche empoisonnée).

Vous voyez maintenant un peu plus ce qu’est un helper. On peut donc revenir à la description initiale d’Elecbyte : un « sous-personnage ». D’abord, pourquoi « personnage » ? C’est du au fait que les helpers se programment de la même façon que les personnages (à quelques nuances près). Quant au « sous », il induit une hiérarchie, et c’est le cas ; si on considère d’un point de vue technique qu’un « personnage » est une « entité programmable » (donc le personnage principal et les helpers), alors le personnage principal est le personnage « racine » (root en anglais, d’où tout part). Un personnage qui crée un helper est le parent de cet helper (qui est donc « sous » le personnage principal). Pour un helper créé par le personnage principal, ce personnage principal est à la fois le parent (puisque créé par lui) et la racine. Pour les helpers créés par un helper, le parent est l’helper qui les a créés, et le root est – toujours – le personnage principal. Cette notion de hiérarchie est assez importante notamment dans les redirections de triggers. Mais ça, c’est une autre histoire ! ^^

Comments Aucun commentaire »

J’ai remis les personnages à disposition (uniquement ceux sur lesquels j’ai travaillés). Pour les autres, vous noterez que le forum reste accessible pour l’instant, donc vous pourrez les trouver là-bas.

I’ve put back all the chars I’ve worked on. For the other ones, you’ll see that the forum is still available, so you can download them there.

Comments Aucun commentaire »