On va faire une pause nécessaire dans l’explication de l’installation des composants de Mugen.

Sous le titre de cet article, librement emprunté à un certain humoriste, on va parler de la maîtrise de l’anglais. Dans Mugen, et plus généralement dans l’informatique, l’anglais est partout, et le maîtriser est presque indispensable.

Par chance, les outils de traduction sont aujourd’hui plus performants qu’ils ne l’étaient il y a encore quelques années, même si tout n’est pas parfait.

Pourquoi l’anglais ? Parce qu’il est omniprésent, à tout niveau :

  • Dans la documentation Mugen, source à privilégier lorsque vous tenter de résoudre un problème avec Mugen,
  • Dans les sites & forums (Elecbyte, Mugen Guild, RandomSelect, etc., les sites et forums francophones étant assez peu vivants ces derniers temps),
  • Dans le code Mugen (ex : en sachant que « Not » exprime une négation, que « Hit » signifie « touché » et « By » signifie « par », on peut déjà avoir une bonne idée de ce que fait un « NotHitBy » avant même de lire la doc sur cette fonction…),
  • Dans les « readme » (on y reviendra prochainement).

Bref, l’anglais est un peu partout. Il se trouve que Mugen a une portée mondiale, et que tout le monde ne parle pas le français (ou le japonais ou le portugais ou l’espagnol, etc.), et que l’anglais reste la langue la plus universelle. Vous n’y couperez donc pas.

Au-delà du vocabulaire « traditionnel », scolaire que vous pourrez retrouver çà et là, vous verrez que les anglophones utilisent des termes parfois obscurs, équivalents à nos « diminutifs » francophone (ex : « aprem » pour « après-midi »). Si ceux qui ont l’anglais pour langue maternelle s’en débrouillent assez bien, il faut reconnaître que ce n’est pas toujours évident pour ceux qui ont appris l’anglais à l’école, et qui ne maîtrisent donc qu’un anglais très « basique ». On vous enseignera en effet davantage une phrase comme « Come on, what are you doing ? » plutôt que « c’mon, whad’ya doin’ ?».

Et je ne vous parle même pas des sigles comme AFAIK (As Far As I Know), IIRC (If I Recall Correctly), IINM (If I’m Not Mistaken), etc. Bref, les équivalents anglais de nos « OSEF » et compagnie.

Bref, si vous voulez pratiquer Mugen, il vous faudra apprendre/réviser un minimum d’anglais courant…

La seule consolation pour ceux qui sont fâchés avec la langue de Shakespeare, c’est que les anglophones sont quand même moins « kikoo lol » que les francophones : quand ils écrivent des messages, ça reste assez compréhensible dans l’ensemble, et on n’a pas besoin de décrypter mot à mot comme c’est parfois le cas avec le style SMS de certains (prétendus) francophones. On ne trouve donc pas de version anglaise de « komen on fé pr avoir + de perso? ». C’est toujours ça de pris…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connexion »