Qu’on se rassure, il s’agit toujours de Mugen. Un nouveau billet paru il y a quelques jours sur le blog d’Elecbyte devrait en effet satisfaire nombre de créateurs…

On sait depuis le 1er novembre 2009 que le format CNS tel que nous le connaissons vit ses derniers instants (qui pourraient quand même durer quelques mois, et probablement même quelques années), puisque dans le billet intitulé « Roadmap for M.U.G.E.N », R — un développeur, membre d’Elecbyte — explique ceci à propos de la (très) future version 2.0 :

« we want to look ahead to a less straitjacketed, more general, and ultimately coder-friendlier solution. This means a move away from CNS to something else. »

« nous voulons regarder l’avant vers une solution moins rigide, plus générale, et finalement plus agréable au niveau du code. Ceci implique que nous passions du CNS à quelque chose d’autre. »

Hors le billet qui nous intéresse aujourd’hui est baptisé « CNS’s Las Hurrah, Part 1″, ce qu’on pourrait d’une certaine façon traduire par « Le chant du cygne du CNS, 1ère partie ». Le ton est donné : même si le système de codage tel que nous le connaissons est voué à disparaître pour la version 2.0 de Mugen, Elecbyte compte l’optimiser d’ici là avec les versions 1.x qui sortiront entre la 1.0 (qui a pour but de recréer une rétro compatibilité maximale — on sait aujourd’hui qu’en raison de certains cas particuliers, elle ne pourra pas être totale — avec Linux Mugen) et la 2.0.

Après la mention du trigger StageVar() présenté dans le précédent article, prévu pour la RC8, c’est encore une nouveauté espérée qui a été annoncée (preuve s’il en était besoin, qu’Elecbyte est désormais à l’écoute de ses fans) : rien de moins que les redirections multiples de triggers !

Commençons par le plus simple : qu’est-ce qu’une redirection de trigger ? Voire qu’est-ce qu’un trigger ? Sans entrer dans le détail, un trigger est une fonction d’information, qui retourne donc une valeur donnée. Par exemple, le trigger « StateType » permet de savoir, d’après sa valeur, si le personnage est debout, ou dans les airs, etc.

Mais par défaut, un trigger s’applique au personnage qui l’utilise, or on a parfois besoin de connaître la valeur d’un trigger pour un autre personnage (un helper, le partenaire, l’adversaire, le partenaire de l’adversaire, etc.). Dans ce cas, on peut utiliser ce qu’on appelle la redirection de trigger, qui consiste, donc, à « rediriger » le trigger sur le personnage voulu. Ainsi, « Partner, StateType » nous renseignera sur le StateType de notre partenaire.

Ce système, qui ouvrait pas mal de possibilité, avait toutefois une limite un peu gênante : elle était limitée à un seul niveau. On pouvait donc connaître le StateType du partenaire, mais pas celui de l’helper(3000) du partenaire (qui aurait nécessité une redirection à deux niveaux : Partner, Helper(3000), StateType. Ce genre de construction était proscrit, du moins, jusqu’ici.

Car la redirection multiple de trigger (c’est à dire sur plusieurs niveaux – « recursive redirection » en anglais) sera bientôt possible, et la construction mentionnée avant pourra être utilisée. Et d’après ce qui est annoncé, s’il existe bien une limite arbitraire au nombre de redirections successives, ce nombre serait très élevé. Or on a très rarement besoin de plus de 2 ou 3 niveaux : les limites seraient donc virtuellement levées en totalité.

Mais ça ne s’arrête pas là, car on peut supposer en outre que les « imbrications » seraient possibles avec des redirections utilisant des expressions. Par exemple : Root, Partner, Helper(Root, Partner, var(8)), StateType : on cherche le statetype d’un helper du partenaire du « personnage racine », cet helper étant celui ayant un ID égal à la var(8) dudit partaire.

A quand cette avancée du CNS ? Il faudra être patient, car elle ne sera pas présente avant la version 1.1. Sachant que la version 1.0 en est toujours au stade des RC, ça n’est pas pour demain… Par contre, la mention « Part 1″ laisse supposer que d’autres améliorations importantes du CNS devraient faire leur apparition, confirmant l’expression « chant du cygne » pour ce format…

Une réponse à “Elecbyte repousse les limites de la généalogie…”
  1. Anji dit :

    Voilà une excellente nouvelle !!!
    Finies les galères pour jongler entre les différents niveaux…

    Merci à toi de pour tous ces articles et commentaires personnalisés des nouveautés d’Elecbyte.

  2.  
Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connexion »